100ème post...

Publié le par Tonton

Bonjour à vous chers lecteurs fidèles!

http://www.indiana.edu/~unionet/France/Mitternd.jpg
Désolé de vous avoir un peu négligé ces dernières semaines, mais il faut parfois savoir laisser le temps au temps... Et que d'événements d'ailleurs, que j'étais bien trop occupé à contempler, de là ou je suis, avec des émotions presque humaines... J'ai lu , beaucoup, mais pour une fois ni Chardonne, ni Drieu la Rochelle! Bast, laissons là l'indifférence et reconnaissons-le, le procès qui m'est fait aujourd'hui par un certain nombre d'éditorialistes sérieux me touche beaucoup plus que cette pluie d'attaques indignes et sans intérêt qui m'avaient été faites dans mes dernières années sur votre terre! 
Je reconnais pourtant, bien des torts à la politique qui s'est exercée sous mon autorité pendant 14 années. Je n'ai pu faire autant d'avancées sociales que j'aurais voulu, je me suis heurté à l'incompréhension, à l'administration et ses habitudes, aux subtilités nauséabondes de la politique politicienne, mais surtout à l'incompétence de tant de gens! J'étais plutôt bien entouré à l'Elysée, car j'avais choisi mes collaborateurs avec soin, et je les regarde aujourd'hui encore avec admiration pour la plupart, de Jacques Attali à Anne Lauvergeon! Cela a suffit à transformer la France en profondeur, dans ses mentalités et la réalité quotidienne d'un grand nombre de gens. Mais en politique fiction on peut déplorer que je n'ai pas
assez pris en compte certains enjeux d'avenir, que j'ai été visionnaire sur les questions politiques, mais pas assez sur certaines avancées scientifiques ou techologiques!

Comme il est facile pourtant, avec les mentalités d'aujourd'hui, de me reprocher de ne pas avoir fait les réformes que mon successeur a pas fait non plus! Et de façon bien pire dans son cas, puisque lui laissait pour héritage une France coupée en deux, qui ne faisait cohabiter que difficilement tout ceux, qui à l'abris de la compétition mondiale pouvaient fantasmer d'un autre modèle impossible, pendant que les autres étaient en prise directe avec les réalités du monde et cherchaient à accélérer l'adaptation de la France à ces réalités nouvelles. Et au delà de ce piteux bilan interne, il y avait cet affaiblissement constant, démarré dès 1995, de la parole française dans  le monde, puis, petit à petit, du projet européen!
Les historiens feront leur travail dans quelques années. Ils permettront d'établir une vision plus juste de la seule présidence de gauche de la seconde moitié du vingtième siècle en France. Ils iront chercher au delà des principales avancées qui me sont généralement attribuées avec mes gouvernements successifs (39 heures, 5ème semaine de congés payés, augmentations du Smic, abolition de la peine de mort, création du RMI...) et feront le bilan de ma réussite essentielle en politique étrangère. Ils étudieront le rôle essentiel que j'ai joué dans la politique internationale, à un moment clé de l'histoire du monde, la réunification allemande. Ils s'empareront, comme l'ont fait quelques observateurs attentifs, de détails apparemment anodins comme mon insistance à ce que les allemands reconnaissent la frontière Oder-Neisse, pour établir l'importance qu'ont eu certaines de mes positions, qui permettent aussi aujourd'hui à l'humanité de continuer une septième décennie sans conflit majeur dans l'Union Européenne. Pensez-vous que j'avais le temps, alors que des questions internationales aussi importantes étaient en jeu, de réformer plus un pays qui n'en avait à l'époque pas le même besoin (on était loin à l'époque des 60% du PIB de déficit, critères du traité de Maastricht!)... J'ai préparé les français à la mondialisation, leur ai éclairé les enjeux majeurs de leurs temps et on me reproche de ne pas avoir fait la réforme des régimes de retraite? Les personnes qui me font ce reproche, sans doute pour me faire partager l'eau saumatre de mon successeur, oublient une nuance de taille : les générations qui partaient en retraite jusqu'en 1995 avaient, pour la plupart, connu au moins un des deux plus cataclysmes du XXème siècle! Il est si facile de battre sa coulpe aujourd'hui, d'avoir honte de l'attitude de ses parents ou grands parents, notamment pendant la période collaborationiste. Pourtant les baby boomers et les générations qui suivent n'ont pas connu (pour la plupart d'entre eux) l'atrocité réelle d'une guerre, la boucherie inutile, la saignée dans la population, qu'ont constitués les deux conflits mondiaux. Ils parlent avec assurance de ce qu'ils ne connaissent pas, jugent de situations qu'ils n'ont jamais eu à affronter et préjugent du comportement qu'ils auraient pu avoir! Incroyable non-sens et absurde situation dans laquelle ces procureurs sans culture se font juges de leurs pères!
- Nicolas Sarkozy - 29 novembre -
Revenons à la situation actuelle, à une période ou les enjeux internationaux sont redevenus importants. Depuis le 11 septembre, le choc des civilisations menace et il faut aux grands dirigeants mondiaux sang froid et stratégie claire et lisible pour éviter l'embrasement, avec en ligne de mire immédiate le problème de l'Iran. Mais ce qui m'inspire, c'est la situation de la France, à une période que beaucoup reconnaissent clé de son histoire. La première vraie épreuve de force a enfin eu lieu et au lendemain d'une grande intervention télévisuelle, le chef de l'état apparaît renforcé dans son rôle de réformateur. C'est une bonne chose pour le pays, j'espère qu'après le recul constant lié à une certaine impatience des français, sa cote de popularité va remonter à nouveau afin de lui permettre de relancer la vague de réformes nécessaires après les élections municipales. Dans tous les cas, il ne doit risquer l'impopularité qu'en dernier recours, car l'opinion fait aujourd'hui tant, qu'elle lui a notamment ouvert la voie vers son poste actuel, mais pourrait aussi le déstabiliser. Cela, Nicolas Sarkozy en est bien conscient, lui qui est d'un grand pragmatisme. C'est d'ailleurs pourquoi j'appelle aujourd'hui chacun, dans la mouvance de Gauche Moderne, le parti créé par Jean-Marie Bockel, à soutenir la rénovation qui est en cours en France.

Publié dans mitterrand.2007

Commenter cet article

Berger 10/05/2011 19:48



 Au Musée de Château-Chinon, on peut admirer le portrait de François Mitterrand, réalisé par le peintre Verochek. On reconnait en Marianne le sculpteur Constance Berger.


 



Essay Writing Help 31/12/2009 13:46



I easily get nice & updated information for research  purposes, Nice blog.


Essay Writing Help - write term paper




Toréador 15/01/2008 20:20

Mitterrand soutenant Bockel, je n'y crois pas. Sincèrement !Bravo pour cette 100ème haie toutefois

gasper 27/12/2007 19:08

bonjour tonton,que devenez vous? Le trop de Mitterrand aurait il eu raison de vous? donnez de vos nouvelles!! 

Jean Jaurès 20/12/2007 23:11

Votre "blog" est accessible d'outre tombe, savez-vous. Et ici, ni Guesde ni moi ne peuvent croire à votre réalité: vous êtes un imposteur, et pour deux raisons. L'une majeure; François Mitterrand était un patriote, et jamais il n'aurait soutenu l'action d'un "président" ayant pour seule action politique d'opposer sans cesse une partie des français contre les autres. L'autre, mineure, mais qui montre aussi l'ampleur de votre supercherie: François Mitterrand savait écrire, et jamais, même après sa mort, il n'aurait pu commettre avec aussi peu de mots, tant de fautes d'orthographe...