Grenelle de l'environnement

Publié le par Tonton

http://tempsreel.nouvelobs.com/file/385273.jpg
Au secours, Hulot reviens!

Ce pourrait-être l'occasion pour la France de résoudre enfin son problème de croissance, en parallèle des recommendations de la commission Attali : l'environnement, grande cause nationale déclarée est une cause susceptible de créer des dizaines de milliers d'emplois, dans divers domaines de l'industrie et de la construction. Pour rendre cela possible il faudrait, du courage politique et une vision telle que celle dessinée par Claude Allègre dans son excellent ouvrage Ma vérité sur la planète. Malheureusement, en France  comme dans de nombreux autres pays, la cause environnementale, qui a peu à peu gagné l'attention du grand public avec la grande arnaque du réchauffement climatique et ses messies (Al Gore, Hulot et le Giec), semble condamnée aux actions d'esbrouffe et à la vieille formule de "l'écologie punitive". Ainsi les premières conclusions hier du Grenelle de l'environnement font froid dans le dos : gel de la construction des autoroutes et aéroports, réhabilitation des anciennes lignes SNCF (fermées parce que... non rentables!), mise aux normes énergétiques des logements anciens à chaque changement de propriétaire... Les sujets les plus sensibles - et accessoirement les plus importants - sont soit reportés, soit laissés à la décision du chef de l'État (et du gouvernement). Ainsi Nicolas Sarkozy devra affronter une opinion publique travaillée par des journalistes avides de sensationalisme pour expliquer qu'il est hors de question que la France mette en place une 'taxe carbone', renonce au nucléaire ou se prive de tester les OGM... Pour la gestion des déchets, autre domaine dans lequel une création importante d'emplois serait envisageable avec une politique ambitieuse de tri, le choix est reporté afin de permettre de tomber d'accord sur les points qui font encore débat, de la place de l'incinération à la mise en place d'une taxe au poids.

Nathalie Koscuisko-Morizet, Dominique Bussereau, Jean-Louis Borloo, François Fillon et Christine Boutin.

Pendant ce temps, les barrages et les digues nécessaires à la gestion de l'eau intelligente ne sont pas construits et la gestion de la forêt (avec des résineux plantés partout) fait figure de scandale national. Sur le sujet de l'environnement malheureusement, on peut conclure qu'il n'y a plus trop de différence entre la gauche et la droite : à part quelques vrais experts courageux, quelque soit leur sensibilité, tout le personnel politique se vautre aujourd'hui dans la facilité et refuse d'affronter la machine médiatique. C'est bien triste!

Ajout : pour ceux que ça intéresse, le premier rapport du Grenelle de l'environnement.
Ajout 2 : encore une fois, Nicolas Sarkozy a démontré son savoir faire ce soir... À commenter à froid plus tard...

Publié dans mitterrand.2007

Commenter cet article

bouba 02/01/2008 10:33

Bonne Année 2008 Monsieur le Président ora pro nobis bouba

Odile 02/11/2007 19:56

Cher Tonton, vous me décevez. Dans le même billet, une horrible faute d'orthographe : "... hors de question que la France met en oeuvre..." et une grossière approximation sur la gestion forestière "avec des résineux plantés partout". Vous nous aviez habitués à mieux.

Tonton 03/11/2007 16:20

Chère Odile, j'ai corrigé la faute en question et m'excuse du trouble qu'elle a pu vous causer... Concernant l'approximaton sur la gestion forestière, elle était volontaire!! Je maintiens qu'il y a de graves déficiences dans la gestion de la forêt française, vaste sujet qu'il serait hors sujet de développer ici. En espérant garder votre lecture critique et avoir le plaisir de lire vos commentaires à l'avenir!Bien cordialement.

marc 26/10/2007 13:39

j'attends de regarder comment cela va se passer à l'AN et ensuite sur les décrets d'application...