Mission Attali - Rocard pas tout à fait rétabli...

Publié le par Tonton

Tout d'abord, mes excuses à Nico, qui a visiblement mal pris que je ne compte pas pour une véritable reconnaissance de la bonne nouvelle que constituait la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien, les quelques phrases noyées dans l'attaque ôh combien sévère - et à mes yeux assez injuste - contre le couple présidentiel. Bonnes vacances à lui, j'espère que le débat pourra continuer à son retour! Je n'avais en tout cas aucune volonté d'être blessant.

Jacques Attali© SIPA
Passons aux nouvelles qui m'ont touché ces derniers jours, notamment l'acceptation d'une mission sur les freins à la croissance par Jacques Attali et les déclarations incroyables de Michel Rocard. Jacques Attali est un homme extrèmement brillant que la gauche aurait du solliciter plus souvent plutôt que de gloser sur un personnage objet de jalousies nombreuses au PS... Il a accepté à la demande de François Fillon de présider une commission de réformes, qui contiendra des talents divers et cherchera à lutter contre les freins à la croissance. Les problèmes de la France sont connus pour la plupart, mais il est sain que des économistes, des personnalités du monde de l'entreprise et des politiques se réunissent pour analyser sans à priori les réformes les plus urgentes dont notre pays a besoin. Les domaines qui peuvent faire l'objet de recherches sont nombreux, mais ils concerneront sans doûte l'éducation (ou le plan éducation 21 que j'ai déjà abordé ici est une piste de réflexion intéressante), le coût du travail en France et sa compétitivité en général, le problème des exportations (l'euro fort n'est pas un frein pour les allemands ou les italiens)... Il faut que Nicolas Sarkozy se rappelle de ses promesses concernant la libération de la créativité, la fin des entraves bureaucratiques qui essouflent le pays etc. Le travail de cette commission devrait l'aider à mettre en place des réformes efficaces, qui bénéficient d'un consensus au centre gauche et au centre droit, après la période ou il a du satisfaire en tout premier lieu son électorat. Il a voulu être le président de tous les français, il semble que le choix de Jacques Attali, après les autres talents de la gauche venus à lui de telle ou telle manière est une bénédiction pour le pays. Ce qui se met en place, c'est une sorte "d'Union Nationale" sur quelques sujets majeurs, ceux dont la France a le plus besoin pour passer le mauvais cap dans lequel la politique de Jacques Chirac l'avait engouffrée. Les socialistes pourront continuer à hurler au loup, les français ne sont pas si stupides et ont bien compris, malgré leur profonde allergie aux réformes, qu'il était temps de faire quelque chose.

Ségolène Royal reçoit des mains de Michel Rocard son rapport sur les enjeux du numérique, le 5 avril dernier.Meyer/AFP© Meyer/AFP

Une autre information m'a quand à elle beaucoup divertie : Michel Rocard assurant à ... Paris Match (!) que Ségolène Royal était "fichue" dès le mois de mars (ce qui n'est pas une surprise), mais surtout confirmant qu'il lui avait proposé (à elle) de se désister en sa faveur (à lui). J'ai du lire cette information plusieurs fois et la retrouver dans plusieurs journaux différents avant de comprendre qu'il n'y avait pas de coquille, le désistement était bien en faveur de Michel Rocard (et non de Dominique Strauss-Kahn, par exemple, ce qui aurait été plus légitime d'une certaine manière). Rocard, à son âge, après toute sa carrière politique n'a toujours pas compris comment marchait ce milieu dans lequel il n'est au final pas à l'aise. Sa grande intelligence doit l'empêcher d'avoir le moindre sens tactique et en l'occurence, le moindre tact. Je suis loin d'être un défenseur de la candidature de Ségolène Royal, je pense qu'elle n'était pas prête - si jamais elle pouvait l'être un jour. Mais j'imagine qu'elle a du avoir un moment d'incrédulité en voyant ce vieil homme la prier de lui laisser la place! Elle, qui est persuadée de représenter à travers son sourire, sa jeunesse et son ambition, l'avenir du Parti, elle qui est connue pour son attachement à moi (bien qu'elle n'ait retenu que bien peu de mes leçons...), renoncer en faveur d'un homme retiré de la vie politique? De quelqu'un qui m'a combattu violemment pour imposer sa candidature face à la mienne? Mais que croyait-il?? Il aurait peut-être permis à François Bayrou d'affronter Nicolas Sarkozy au second tour et éviter ainsi la victoire de ce dernier... Mais il ne pensait quand même pas, sur sa simple popularité d'homme sorti du combat pouvoir se replacer au centre du jeu?! Si? Je n'arrive à y croire! Et vous qu'en pensez-vous?

Ajout d'un PS : à ce sujet voir la note de Banquise Tropicale.




Publié dans mitterrand.2007

Commenter cet article

Nico2312 02/08/2007 08:00

@ tontonje n'ai pas mal pris tes propos, simplment ils étaient éronnés vu que j'avais commencé mon post en me félicitant de ces libérations... mais fermons le ban, l'incident est closje viens en effet de rentrer de vacances et le moins que l'on puisse dire c'est que les faits et les déclarations (bulgares comme libyennes) me donnent raison : Sarko a menti !!!brefle débat peut reprendre :-)))

JOSEPH 01/08/2007 20:57

Je voulais tout simplement préciser sur le fait que vous aviez dis dans votre article que Ségolène Royal n'était pas près pour être candidate du parti socialiste à l'éléction présidentielle de 2007.
Il serait mieux de bien voir les choses en face, pour bien dire que c'est plutôt l'ensemble des partis de gauche français n'était pas près pour l'élection présidentielle de 2007.
Je ne vois par exemple au parti socialiste, une autre candidature qui pourrait faire mieux que celle de Ségolène, car tous, étaient porteurs du projet du parti socialiste.
Le Smic à 1500 euros, la généralisation des 35 heurs, manque des propositions réelles en matière de rétraite...
Cela a bien montrer que la gauche française n'a pas voulu faire sa rénovation idéologique qui est devenu archaîque au jour d'aujourd'hui.
La question de la défaite du parti socialiste à l'élection présidentielle 2007, n'est pas dû à une question de personnes, mais à cause de son réfus de régarder les choses en face, selon l'évolution de la mondialisation.
Si la gauche veut un jour révenir au pouvoir, il doit révoir profondement son logiciel idéologique pour le faire adapter selon l'évolution des choses du monde actuel.
Sinon, quelque soit la personnalité qu'ils chercheront à mettre de l'avant pour une bataille politique, cela se soldera qu'à un échec.

alex 27/07/2007 22:36

Comme tu le sais certainenemt, le grand malheur de Michel Rocard c'est d'avoir eu toujours raison alors que les autres au PS ne se posaient même pas la question...Sinon il faut sortir du passé; 1981, 1988 et 2007 c'est fini, il faut que tu penses pour 2012... En fait non, de 2017 car parti comme il est parti le PS va certainement garder Paris mais perdra 2017!http://www.notregeneration.com

mic90 26/07/2007 23:58

Effectivement une bonne note pour Banquise Tropicale, mais des remarques sur les commentaires :Je suis encore surpris de constater les capacités à accepter les critiques de la madone par les jeunes socilistes et encore plus lorsqu'elles viennent d'un socialiste !!!!!!!!Ils se disent de gauche mais non ils sont d'extrème gauche révollutionnaire avec une incapacité totale a accepter la contradiction et le vrai débat. Incapables de la moindre proposition nouvelle et innovante ils ne se construisent et n'existent que dans l'opposition et ils applaudissent aux débats participatifs. Il y a une chose qui m'échappe.

mic90 26/07/2007 23:18

Bonjour,Effectivement NS va réussir l'impossible : mettre autour de la même table des compétances diverses et historiquement opposées pour travailler en commun à la recherche de solutions à nos problèmes.Bien sur certains n'y voient que la technique de l'échaffaut : pour mieux couper la tête on commence par enlever le col et bientot ils ne seront plus nombreux au PS pour crier au loup.Le plus important c'est que le peuple est concient de l'absolue nécessité à évoluer et les politiques commencent à le comprendre.Pour MR c'est effectivement surprenant mais tous les spécialistes savaient depuis janvier que SR ne pouvait plus être élue et que le pire pour le PS aurait été son élection et sans doute de même pour le pays car elle était seule et non préparée. Il a eut le courage de le dire indirectement en proposant sa candidature. Le PS, qui était courcircuité, négligé en permanace et parfois ridiculisé par SR, est resté de marbre comme figé et paralisé et de nombreuses voix ont réclamé le remplacement de SR par DSK. FH a t il bloqué toutes ces initiatives? MR ne voulait pas de la place mais seulement secoué le cocotier.PS : pour Nico il aime la critique mais pas la contradiction.