Sarkozy à Bruxelles

Publié le par Francois MITTERRAND

L'image “http://www.rfi.fr/actufr/images/070/sarko220.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Le président de la République est partout, c'est vrai. Pourtant, ceux là même qui lui reprochent son activité débordante ont aussi été les premiers à dénoncer le repos qu’il a pris lors de son week-end à Brégançon, sans se rendre compte de l’incohérence de leur propos. La pensée que FOG nomme unique (par opposition à son vieil ennemi Jean-François Kahn, repreneur du concept pour stigmatiser les libéraux et dont l’abus de masturbation intellectuelle nous impose chaque semaine un numéro de Marianne plus haineux contre « l’empereur » Sarkozy) fait il est vrai un peu le tour du web, en tout cas chez les bloggeurs exerçant une certaine influence comme le Big Bang Blog de Schneidermann, le Domaine d’extension de la lutte de Birenbaum, Versac, Embruns, Chez Nico, Ma vie en Narcisse (connaissez-vous beaucoup de bloggeurs ouvertement Sarkozystes ? Loïc Le Meur est l’un des seuls exemples, mais il ne s’exprime que de plus en plus rarement sur des sujets politiques). Il est ainsi de bon ton d’affubler Nicolas Sarkozy de sobriquets tous plus aimables les uns que les autres (naboléon revient couramment, sa taille étant une cible de choix de nos commentateurs), avec comme ambition première de décrédibiliser les faits et gestes du nouveau président. Pourtant, malgré toutes les mises en garde et les inepties lues ici ou là, la dictature attendue ne vient pas, l’ouverture initiée est tellement réelle qu’il ne restera bientôt plus personne de qualité au Parti Socialiste pour accomplir la rénovation qui s’impose et le personnage « sans finesse, sans culture, sans intelligence » impressionne l’Europe entière par sa volonté réformatrice et une partie du monde par son absence de sectarisme. Je vais donc commenter rapidement les deux derniers exemples en date de cette activité diplomatique intense qui fait honneur à la France. Et reconnaître au passage que dans les blogs que j’ai cité, il y a quand même différents degrés d’analyse, parfois de la finesse (notamment chez Versac, chez Nico et ma vie en Narcisse) ce qui les distinguent des milliers de blogs consacrés à l’anti-sarkozysme…

Tout d’abord, examinons la visite du chef de l'État à Bruxelles lundi, la troisième depuis sa prise de fonction et la première d'un président français à l’eurogroupe. Le problème qu’il devait affronter était épineux. Nicolas Sarkozy a fait parti des différents gouvernements de Jacques Chirac depuis 2002. Pourtant, il prétendait – ôh scandale ! - refuser de se sentir lié à la promesse faite au nom de la France par Thierry Breton et Dominique de Villepin de réduire la dette (les fameux 60% du PIB) et de supprimer le déficit public français d’ici à 2010. Nicolas Sarkozy et son gouvernement demandaient deux années de délai, ce qui faisait grincer des dents de toute part, notamment chez nos partenaires allemands, lassés qui plus est des critiques à répétition contre la banque centrale européenne. La BCE avait d’ailleurs essuyé lors de la campagne électorale française de sévères attaques et des phrases fortes avaient été proférées lors de la campagne présidentielle française notamment et pas seulement par Sarkozy d’ailleurs… Il me semble que les autres candidats, sur ce point comme sur d’autres avaient entonnés chacun à sa manière un petit refrain sur l’euro fort et le pouvoir d’achat.
Quelle est l’analyse prête à penser d’une partie bien-pensante de la blogosphère ? Je ne parle même pas des anti-sarkozystes primaires, mais de ceux qui réfléchissent, de ceux qui sont au contraire tentés par le réformisme et devraient donc avoir un œil critique mais avisé sur l’action du chef de l’état. Et bien, non, chez eux non plus, il n’est pas possible de souligner la réussite du président dans son entreprise de conviction des ministres des finances européens. Ainsi Versac par exemple, renvoie vers un blog qui semble être dédié à la dissection – forcément orientée – de l’action présidentielle. S’il y avait un tant soit peu d’objectivité dans la démarche, la tentative serait louable, malheureusement, c’est un réquisitoire à charge, dont le seul but est de discréditer le président, de montrer que sa vision est simpliste et que par conséquent il arrive ainsi à manipuler les médias, mais pas les éminents bloggueurs qui eux connaissent tout de la meilleure façon de rendre la France à nouveau compétitive, de relancer la construction européenne et des grands problèmes du monde… ☺
Sur le fond, ce qui importait, c’était de calmer la grogne montante de nos partenaires européens, ce que le président a visiblement réussi. En promettant d’essayer de tenir l’objectif, mais sans vouloir s’engager sur quelque chose qu’il n’est pas totalement sûr de tenir, Nicolas Sarkozy a cherché un équilibre et réussi à convaincre nos partenaires de sa bonne volonté. Espérons que les réformes produisent les effets escomptés sur la croissance, ce serait la meilleure réponse de la France que d’honorer au final ses engagements au moment où elle se redresse enfin.

Publié dans mitterrand.2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

asse42 12/07/2007 06:58

J'avoue que j'ai du mal avec ta dithyrambe pro-sarkosy. Que ça se fasse sous le nom de Mitterrand ne me fait pas plaisir non plus. Mais bon c'est ton choix.Sarkosy nous propose inepties sur inepties. Qu'il veuille aller vite ou pas je m'en fous. Je n'aime pas sa politique. Commencer par donner des cadeaux fiscaux aux plus riches, aux propriétaires, aux héritiers en nous disant que ça fera revenir des capitaux en France et donc concourrera à la repise de l'activité, c'est une vaste fumisterie.Qu'ensuite il enchaine sur la défiscalisation des heures sups pour nous promettre une hausse du pouvoir d'achat tout en nous soumettant l'idée de nous faire payer plus sur la santé et sur la consommation, c'est une vaste fumisterie.Que sous prétexte qu'il soit élu empereur les médias soient rachetés par ses amis c'est dangereux pour notre démocratie.Je pourrai continuer longtemps comme cela. Mais penser que Mitterrand pourrait cautionner une telle politique est une hérésie! Parole de ségolèniste engagé dans la résistance poitevine.

Francois MITTERRAND 12/07/2007 11:17

Bonjour asse42,Merci de ton commentaire et désolé de provoquer cette réaction chez toi. Pourtant, je ne vois pas en quoi ma position est si hérétique : sans approuver la totalité de l'action du président, j'essaye de remettre à leur place les critiques assez stupides qui selon moi lui sont faites. Si tous mes anciens proches étaient comme toi Ségolénistes engagés (parler de résistance comme toi et beaucoup d'autres le font est assez abject par rapport à ceux qui ont vraiment connu la Résistance contre l'occupant nazi, mais passons), je me poserais sans doute des questions. Pourtant à part mon cher Jean-Louis Bianco, dont l'intelligence doit lui souffler tous les jours qu'il se trompe, les gens comme Hubert Védrine, président de l'Institut François Mitterrand, Jacques Attali, Bernard Kouchner entre autres me poussent à penser que ma position n'est pas si saugrenue...En tout cas, un motif de te réjouir en tant que supporter de Marie-Ségolène, j'estime qu'elle a toujours de grande chance de réussir l'OPA qu'elle a lancé sur le parti au soir de sa "victoire" du 6 mai. Cela me désole, car elle a fait une fin de campagne assez désastreuse et sa position politique qui la pousse à utiliser l'opinion ne correspond pas à la mienne, mais c'est ainsi.Cordialement.

mandrin 11/07/2007 21:43

Je vous recommande vivement le livre de Magnus falkehed intitulé "Le Modèle Suédoi " !Celui ci bien que trop subjectif à mon goût , donne une bonne idée du retard qu'a la France  en matière de réforme sur casiment 70 ans de Sociale democratie !

Francois MITTERRAND 12/07/2007 11:07

Merci de la recommandation.Cordialement.

comédien 11/07/2007 16:56

Regardez vous Google news de temps en temps ?
Si vous le faites, vous devez être conforté dans vos analyses. Il faut du détachement vis-à-vis du clapotis médiatique. Un exemple à propos de Bruxelles : la presse a titré AVANT la fin que NS allait au devant de graves difficultés, qu’il aurait du mal à se faire entendre de ses partenaires, qu’il était moins crédible, etc.
Le lendemain, la même presse, en oubliant toutes ses belles « analyses » titre sur le succès.
Conclusion : se fixer des objectifs, se donner les moyens de les atteindre et se moquer des commentaires, inscrits dans l’éphémère, le superflu.
Au total, une belle application du principe de compétence. Tous ceux qui ont vécu des recrutements de personnes incompétentes mais dans les petits papiers des décideurs peuvent se dire : si au moins on faisait comme Sarko, indépendamment de ses éventuelles intentions cachées. Sur les actes, c’est positif. DSK est, en ce moment, le plus compétent. Il n’a pas voté NS. On est à peu près OK sur le job. Aucune importance. On le prend. Point final. Au moins NS lui, il ne fait pas de discrimination à l’embauche. Le PS ferait bien de s’en inspirer comme méthode de recrutement de responsable de qualité.

Toreador 11/07/2007 16:09

Je vous trouve très sévère pour Hemicycle. Avoir un président actif, c'est bien, mais vous même devriez savoir qu'un quinquennat n'est pas un sprint, mais un cross, surtout si on ambitionne d'en faire deux. Regardez le malheureux Lionel Jospin qui, ayant épuisé dès 2000 son programme de 1997, commença à multiplier les initiatives malheureuses. D'autant que Nicolas S. fait vite, mais pas bien : qu'il s'agisse du mini-torchon, de la réforme des Universités, ou de la TVA sociale, on ne peut qu'être surpris par le baclage généralisé. Bon vent à vous,Le ToréadorPS : Pour trouver des blogs ouvertement sarkozystes, vous en trouverez quelques uns sur KIWIS (cercledesblogueursdisparus.fr), même si cette alliance de blogs est multi-parti.

Francois MITTERRAND 11/07/2007 16:28

Bonjour,Merci de votre visite et de votre commentaire. Je pense au contraire être bien placé pour savoir que le seul moyen d'agir vraiment pour transformer la France est de le faire dans la période dite "d'État de grâce" qui dure rarement plus de 100 jours. Après, les réformes sont mises en place. Elles ne sont donc plus simplement caricaturés, mais on va trouver tous les exemples de ce qui n'a pas marché et s'est détérioré et viendra le temps de l'impopularité, inévitable pour un président qui veut changer les choses. J'estime donc que Nicolas Sarkozy a raison d'aller vite, et je pense qu'il fait au mieux dans de nombreux domaines, particulièrement dans ses choix gouvernementaux, dans l'audace de sa politique d'ouverture, dans la relance de la construction européenne (bien beau de critiquer le traité simplifier, mais qu'y a-t-il de mieux??) etc.Libre à vous bien entendu de ne pas partager ce point de vue, cependant, j'estime que quand la critique est systématique, quand CHAQUE acte du président est analysé de façon à trouver la faille, ce n'est plus constructif et c'est ce que je reprochais à Hémicycle.J'espère avoir le plaisir de vous accueillir à nouveau,Bien cordialement.