Hamon et le PS - La fin de Villepin

Publié le par Francois MITTERRAND

L'image “http://www.d-s-f.net/ezimagecatalogue/catalogue/variations/433-75x75.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Nous savons maintenant que le président a vraissemblablement choisi de soutenir Dominique Strauss-Kahn comme candidat de la France pour la présidence du Fond Monétaire International. Il s'en est ensuite expliqué auprès de Laurent Fabius cette après-midi. Mais le sujet qui me turlupine aujourd'hui, c'est la découverte d'un article du Nouvel Observateur signé par un certain Matthieu Croissandeau et qui tendrait à vouloir expliquer que la relève du Parti Socialiste est incarné par Benoit Hamon. Je me suis déjà insurgé contre les propos de ce monsieur, mais je dois avouer que je ne lui accordais pas non plus une grande importance. Le voir ainsi présenté comme un "premier-secrétairisable" montre bien la grande crise intellectuelle que traverse le PS pour que certains puissent imaginer laisser les rênes à ce cuistre perpétuellement mal rasé.
S'il fallait choisir parmis la jeune génération que j'ai beaucoup observé ces temps derniers après avoir noté que le sang neuf était un besoin pressant pour sauver ce qu'il reste de la gauche, je crois qu'il n'en est qu'un seul qui soit un tant soit peu digne de relever le niveau de sa "médiocritude" généralisée
: il s'agit bien entendu de Manuel Valls. Cet article sur Hamon est une preuve s'il en faut de l'échec du parti à faire éclore des jeunes pousses brillantes. En ayant des propos intelligents suite au discours de politique générale de François Fillon, en prenant la défense de Jack Lang injustement mis au ban par un Jean-Marc Ayrault qui franchit des records de sectarisme (Jack Lang, dont la démagogie galopante des dernières années ne méritait pas non plus récompense exceptionnelle), le jeune Valls a su faire preuve d'audace, alors que le choix de Ségolène lors de la primaire socialiste laissait plutôt croire à de l'arivisme mâtiné d'ambition. C'est donc avec un regard neuf, bien que toujours prudent - c'est d'un rocardien dont il est question! - que je vais continuer à suivre les traces de cette jeune pousse qui aura à cœur je l'espère de démontrer la bassesse de ses adversaires les plus dangereux dans sa génération : Arnaud Montebourg, Vincent Peillon (mis à mal par les législatives, ce qui n'est pas un mal pour un ancien noniste!) et donc ce Benoit Hamon dont l'article du Nouvel Obs laisse à penser qu'il faudra se méfier!

http://bravepatrie.com/IMG/jpg/villepin-2.jpg
Une autre nouvelle de la journée, celle de la dernière défaite pour Dominique de Villepin, qui semble-t-il risque jusqu'à cinq ans de prison pour Clearstream et dont la seule initiative gouvernementale est en train d'être désavouée par la justice française. En effet, le CNE a été remis en cause pour non conformité avec la convention 158 de l'Organisation Internationale du Travail. Une fin assez méritée pour celui qui se croyant aigle est aujourd'hui entre les griffes de la justice et vraissemblablement définitivement discrédité. Une belle leçon aussi sur les emballements médiatiques qui avaient encensés ce personnage jusqu'à en faire le rival le plus sérieux de Nicolas Sarkozy a droite (pour le lyncher sans vergogne ensuite d'ailleurs...), de la même manière qu'une certaine personnalité à gauche avait su éclore et devenir la candidate du Parti Socialiste à l'élection présidentielle. Il faudra y songer la prochaine fois que la gauche aura l'opportunité de présenter un candidat ou une candidate à la fonction suprême : la valeur profonde de l'individu est déterminante, la profondeur de ses convictions ne doit avoir d'égal que son pragmatisme afin de débloquer les situations et son expérience réelle de la démocratie ne doit jamais être sous-estimée : Villepin n'avait jamais été élu, Ségolène Royal n'avait jamais apporté la preuve de sa capacité à occuper des postes importants (un seul ministère réel, l'écologie, et des bourdes à répétition en tant que secrétaire d'état). Les journalistes ont souvent la mémoire courte, le peuple souverain, quand un choix lui est confié a lui le devoir de sonder la valeur réelle d'une personne. Généralement il y a une certaine sagesse dans le suffrage électoral, malheureusement, il arrive que la protestation prenne le dessus sur le fond et ça donne le 29 mai 2005.

Publié dans mitterrand.2007

Commenter cet article

hanse 09/07/2007 15:25

Tiens!j'ai pas taquiné aujourd'hui: "vraisembablement" ...un  s suffit !Bravo pour le choix des photos :bh sort du commissariat après une garde à vue?...Villepin risque de se mouiller et de tomber à l'eau ,immortalisé par une meute de journalistes?...sait pas sauter 50 cms,ce grand échalas?...

Francois MITTERRAND 11/07/2007 17:23

:-D

hanse 09/07/2007 15:12

Un lien de parenté avec Léo Hamon?...

MauvaiseLangue 07/07/2007 12:11

sidéral d'ailleurs et sans "e"

MauvaiseLangue 07/07/2007 12:10

Franchement ce poste vaut son pesant de cacahuètes : où l'on apprend que François Mitterrand après avoir soutenu DSK soutien le nouveau porte-flambeau du rocardisme, Manuel Valls les rocardiens (dont je suis) en restent baba...Hamon, cet ex-rocardien (lui aussi !), ex-proche de Martine AUbry, rallié au NPS par opportunisme pour finir fabiusien (c'est à dire la caricature de la première gauche), histoire de l'opportunisme politique, tel que le pratiqua en sont temps un certain François M. ...Cuistrerie n'est pas le mot qui convient à son sujet : on parlera plutôt de vide sidérale (pour ne pas dire sidérant).A défaut d'être crédible, ce blog fourn un point de vue intéressant, mais j'aimerais bien que le F.M. du blog nous fournisse son explication de "son revirement" idéologique post-mortem

Francois MITTERRAND 11/07/2007 17:26

Pour avoir connu l'opposition pendant plus de 25 ans, je ne pense pas qu'on puisse parler "d'opportunisme"...Mon soutien à DSK et à Valls est pragmatique, il faut bien chercher à tirer quelque chose de ce qu'il reste de la maison bâtie en 1971...Cordialement.

Gasper 07/07/2007 11:25

Bon... je n'ai pas encore pu me forger d'avis precis sur Hamon, meme si il m'a fait une bonne impression generale. Il semble avoir des qualités (concret, audible). De la a le projetter au poste supreme du PS, c'est un pas que je n'ai pas encore franchi.Sinon, Valls a marque de spoints ses derniers temps en prenant un peu de hauteur vis a vis de ses collegues empetres dans ceraines de leur muavaises habitudes. Il se Royalise le petit Valls (oui, je vous entends hurler d'ici)Pour Villepin, je vous ai deja donné mon avis... Pour le CNE, vous etiez surement de ceux qui fustigeaient les mouvements gauchistes d'etudiants qui reclamaient l'aborgation du CNE... Vous vous rejouissez aujourd'hui de sa non applicabilité... c'est amusant...Bon, sinon, votre nouveau blog? c'est pour bientot?