Investiture, Kouchner et PRG

Publié le par Francois MITTERRAND

Chers et fidèles lecteurs,

Comme certains d'entre vous j'ai jetté un œil distrait sur la cérémonie d'investiture du successeur de mon successeur aujourd'hui. Malgré son très bon discours, j'ai trouvé cette cérémonie assez surannée, et je dois avouer qu'il serait temps à mon sens de la dépoussierer un peu...

Mais passons sur la mise à la retraite de Chirac, personnage dont j'ai assez dit de mal en ces lieux virtuels, et attendons de pouvoir juger l'action du nouvel élu sur des faits concrets...

Et à défaut d'action, peut-être est-il temps de se féliciter des premières "intentions" d'ouvertures de Nicolas Sarkozy. On a trop répété que cet homme était un dangereux sectaire, Marianne a trop vendu de papier en déclarant toutes les infamies possibles, pour ne pas se réjouir du fait que les principaux tenant de ce qu'on appelle le "Mitterrandisme" aient, comme moi même, un regard plus honnête vis à vis de Nicolas Sarkozy. Cet homme est de droite, certes, mais sa volonté de faire évoluer les mentalités et d'entamer des réformes en France mérite d'être saluée et encouragée par tous ceux qui aiment ce pays et se désespéraient de son imobilisme contraint. Ainsi, Jacques Attali, Anne Lauvergeon, Hubert Védrine, Bernard Tapie, Claude Allègre et notre probable futur ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner auront tous un rôle dans ce qui j'espère marquera le redressement de l'influence française dans le monde.
Chacune avec ses compétences, ces personnalités de qualité ont osé franchir le pas de l'ouverture, ce qui ne les empêchera pas de continuer à prodiguer leurs conseils à une gauche qui se condamne un peu plus chaque jour... Et ce à force de ne pas les écouter! Il suffirait pourtant qu'elle comprenne un peu plus le pays comme avait semblé vouloir le faire Mme Royal et comme l'a si bien fait son concurrent!
Car je vous le dit mes amis, un vrai projet de gauche peut renaître, mais pour ça il faut avoir à nouveau une vraie droite (c'est fait), un vrai projet (on en est loin) et ne pas mentir aux Français, ne pas leur expliquer qu'ils pourront travailler toujours moins pour gagner toujours plus. Il faut les éduquer à la mondialisation et leur refaire aimer l'Europe. Tout ce travail demandera du temps, mais je ne vois qu'un leader qui depuis la défaite ose le langage de la vérité à gauche, c'est Dominique Strauss Kahn...
Malheureusement, il ne semble pas dans l'opinion publique des sympathisants de gauche récolter les fruits d'une parole honnête... Le socialisme du réel n'a toujours pas l'air de "prendre", et il y a fort à parier que les guerres intestines vont continuer à contaminer le Parti Socialiste. Alors, il faudra peut être attendre 10 ans, 20 ans, 30 ans avant que la gauche ne retrouve le leader dont elle a besoin, celui qui peut à nouveau rendre l'alternance possible et presque banale, à moins que...

Un mot enfin sur les déclarations assez surprenantes de M. Baylet, président du Parti Radical de Gauche. Ce dernier a indiqué, suite à une entrevue avec Nicolas Sarkozy, qu'il souhaiterait engager un dialogue avec le parti radical de droite... Peut-être que ce qu'il faut voir là, si jamais l'idée qui plaît tant à Bernard Tapie prenait, c'est l'opportunité pour ce parti de récupérer les ex-udf ne voulant pas adhérer au Modem de M. Bayrou, et ainsi de réaliser un meilleur score que ce dernier, qui tout échaudé de son résultat à la présidentielle, n'a toujours pas compris comment marchait le système français...

Publié dans mitterrand.2007

Commenter cet article

Gasper 22/05/2007 14:48

PS: je recomande vivement la lecture de "La femme fatale" parut chez Albin Michel qui donne quelques clé de comprehension du deroulement de la campagne de Royal.

Francois MITTERRAND 22/05/2007 17:12

Effectivement, les passages que j'ai lu sont intéressants. Mais j'estime qu'il aurait été plus clair de se séparer de Hollande, cela n'aurait pas entrainé autant de confusions!

Gasper 22/05/2007 14:43

Bonjour,Merci de votre réponse, permettez moi d’y répondre a mon tour.Royal me semble avoir le charisme et la force de caractère requis pour l'accession aux plus hauts postes de l'état. Malgré les affres de la campagne (qui a été, je le rappelle, très dure) elle n'a jamais montré le moindre signe de faiblesse, a su garder la tête haute dans les moments les plus humiliants, rester debout face aux coups les plus bas. Elle a fait preuve d'une solidité et d'une audace peut communes, qui me semblent être les atouts incontournables d'un grand leader politique.  Les grands défauts de Royal, à mon sens, c'est sa paranoïa et sa rancune tenace. 2 défauts de jeunesse qui ont pesé lourd dans la campagne, qui l'ont  poussé a l'isolement et a l'improvisation. En ce sens, je vous rejoins, elle devra trouver la force de surpasser ces lacunes, pour pouvoir, un jour, si l'occasion de présentait de nouveau, rassembler ses troupes et mener son camp a la victoire. Quant à DSK, il a l'image du leader charismatique CLASSIQUE, une aura professorale, une grande aisance de communication et un discours d'expert. Mais cela suffit il pour incarner le nouveau leadership de la gauche... Il n'est pas audible, manque de sens concret. Interrogez les gens autour de vous, que retiennent-ils des mesures proposé par DSK?  DSK use et abuse du "savoir paraître", et c'est un atout important. Mais il semble montrer plus de difficultés à développer  une communication efficace sur sa ligne politique et a user d’un flair politique qui lui permettraient de franchir les étapes de l’accession au pouvoir.Nous verrons bien lequel des 2 saura le mieux dépasser son « Surmoi » pour mettre enfin leurs grands capacités au service de la France. ;-)

Francois MITTERRAND 22/05/2007 16:59

Effectivement, l'avenir nous dira quelle ligne est la meilleure... Malheureusement, si le choix qui est fait n'est pas le bon cette fois-ci, je pense que la droite aura le pouvoir pendant encore de nombreuses années, et que le successeur de Nicolas Sarkozy n'aura peut-être ni son talent, ni son ouverture...

Gasper 21/05/2007 13:16

Bonjour,Tout d'abord je tenais a souligner une grande qualité de ce blog: la reelle interactivité de son hote avec ses visiteurs. C'est suffisament rare pour etre relevé. Merci pour ca.Par ailleurs, on entend ici et là (en region parisienne plus qu'ailleurs) que DSK pourait incarner la nouvelle gauche. Cet homme ne manque pas de qualités, c'est indéniable, mais j'avoue avoir la plus grande difficulté a identifier sa contribution à ce qu'il appelle la gauche du réel (concept deja eprouvé par vous meme me semble t-il lors de votre accession au pouvoir en 81). De plus, il arrive a DSK de manquer de sens politique, il semble se faire doubler plus souvent qu'a son tour.  Peut etre consacrerez vous un jour une note sur les raisons de votre interet pour DSK, histoire d'eclairer, ceux ,qui comme moi ,doutent qu'il puisse incarner la nouvelle gauche a l'avenir.Bien cordialement, 

Francois MITTERRAND 21/05/2007 18:43

Bonjour, merci beaucoup pour le compliment, je vais essayer de ne pas vous faire mentir...Concernant DSK, c'est vrai qu'il n'a pas toujours su prendre l'ascendant sur ses congénères, mais à sa décharge, la situation était toujours extrêmement délicate pour lui... Je pense sincèrement que le rôle de leader de la gauche aurait du revenir à Fabius s'il ne s'était pas lui même suicidé avec sa position sur le référendum européen... À partir du moment ou il s'était mis hors jeu, le seul autre leader ayant à mon sens le charisme et la compétence pour re-crédibiliser une gauche à laquelle les français puisse donner le pouvoir était donc Dominique Strauss Kahn. Malheureusement, c'est plutôt vers Ségolène Royal que les militants de gauche se sont tournés, et semblent encore sortir du lot. J'ai pensé du bien de cette femme, qui a bien entendu des qualités. Mais il m'a semblé que sa campagne avait démontré qu'elle n'avait ni le charisme, ni les compétences pour exercer la charge de chef de l'Etat. Peut-être sera-t-elle se forger un caractère d'ici 2012, et faire oublier ses attermoiments de 2007. Pour l'instant j'en doûte, et j'estime qu'il est urgent pour elle de regler ses problèmes de couple car François Hollande entraine le PS dans une spirale d'échec (cf. ses déclarations sur Kouchner!).

Surveillant Général 17/05/2007 12:17

François,Pourrais-tu te faire un peu conseiller pour la présentation de tes superbes chroniques? En particulier, la fonte de caractères que tu utilises actuellement est trop grasse et trop grosse! Merci de penser au confort de lecture.D'ailleurs tes anciennes chroniques étaient bien plus lisibles sur ce point.Surveillant Général.

Francois MITTERRAND 17/05/2007 14:40

Bonjour,J'essayerais de renforcer la lisibilité, mais j'ai eu des commentaires me réclamant le gras... Peut-être en changeant de police?

Sphinx 17/05/2007 00:26

A propos du débauchage…
C’est un terme qu’on entend beaucoup à propos des personnalités de gauche qui pourraient participer à l’action de NS. Quelle dose d’aveuglement faut-il avoir pour les qualifier de traîtres ou de renégats ?
Quand même, quel casting ! Ceux qui les condamnent péremptoirement n’ont pas l’air de s’interroger sur l’intelligence cumulée qu’ils représentent ! Pas plus que sur leurs capacités d’analyse. L’exemple de B. Kouchner est édifiant : la haine des propos contre lui dépasse largement ce que certaines personnes de droite exprimaient lors de l’ouverture de 1988 faite par M. Rocard et FM. A l’échelle de l’étroitesse d’esprit, la gauche fait largement aussi bien que la droite, d’autant plus que les entrants de 1988 malgré leurs qualités politiques (Durafour) n’égalaient sûrement pas Kouchner, Védrine, Allègre ou Attali en vision et en expérience internationale.
Mais, en les diabolisant, on se rassure.
Plutôt que de les condamner stupidement, le PS pourrait tenter d’avoir de meilleures idées qu’eux, ça le ferait progresser.