Le sourire de Ségolène

Publié le par Francois MITTERRAND

http://farm1.static.flickr.com/88/230041621_1381cbbb22.jpg?v=0
Bonjour,

J'ai été personnellement choqué par la prestation de Mme Royal à l'issue de ce second tour. Elle avait déjà fait un très médiocre discours à l'issue du premier tour. Elle s'était ensuite muée entre les deux tours en une sorte d'évangéliste prêchant la bonne parole contre un concurrent de plus en plus adversaire, puis dans les derniers jours, être satanique et repoussoir... Mais je pense que le point culminant de cette attitude profondément indigne et révoltante a été atteint dimanche soir lorsqu'elle est arrivée avec un tel sourire aux lèvres.
Comment peut-on, quand on a menacé les français de tous les dangers s'ils faisaient confiance à Nicolas Sarkozy, arriver à sourire de cette façon au soir d'une défaite si sévère? Comment peut-on, quand on a la lourde responsabilité de la troisième campagne présidentielle perdue pour la gauche, se permettre un tel rictus? Ou est le respect des militants, des sympathisants des millions de gens au bord des larmes, afficher une telle légèreté?
Il est urgent que le Parti Socialiste, s'il veut un jour accéder à nouveau aux responsabilités se défasse du faux couple Royal - Hollande, et mette un Premier Secrétaire qui puisse préparer une gauche moderne à sa tête.
Sinon, c'est l'opposition assurée pour 30 ans au moins, tant les jeunes recrues ont l'air frêles, et idéologiquement incultes (le MJS en train de danser le soir de la défaite, belle image, là aussi!). La droite a à sa disposition un vivier de jeunes de talents, ce n'est pas le cas à gauche aujourd'hui, et c'est fort inquiétant! L'alternance est nécessaire et saine dans une démocratie, et j'espère vraiment que l'image de la gauche pour les cinq prochaines années ne sera pas cette grande petite dame qui la mène au désastre en commençant par l'idée déjà critiquable de la démocratie participative, pour finir au "tous ensemble" dans une ambiance de stade de football!
Et vous quel a été votre sentiment?

Publié dans mitterrand.2007

Commenter cet article

Maniflore 29/05/2007 13:28

Le vrai Mitterrand doit se retourner dans sa tombe... Et les sarkoystes récupèrent vraiment tout...

Pour répondre sur quelques points:

- Fabius et DSK auraient fait mieux que Royal : vous avez vu leur côte de popularité? Comment gagner ainsi les élections?

- Il y aurait un "vivier de forces à droite" et pas à gauche. Quid de Montebourg, de Peillon, Boutih, Hamon, Hidalgo, Assouline, Valls...
Tous brillants, mais qui ne peuvent pas se faire une place étant donné l'omniprésence des éléphants.

- Pour vous, la bonne gauche, c'est le blairisme? Mais comment peut-on mettre cela dans la bouche de Mitterrand, lui qui a défendu et agrandi les services publics? Comment quelqu'un de gauche peut-il cautionner la privatisation de l'éducation et de la santé? En France on adule Blair, en Angleterre on ne l'aime plus beaucoup, voir pour cela son dernier échec aux municipales.

- Demander le social libéralisme en 2007 est totalement désuet, il n'y a qu'à voir les gamelles des partis sociaux-libéraux en Suède, en Allemagne, au Danemark, etc. C'est une formule qui ne marchera pas à long terme, tout simplement parce que l'économique ne supporte plus l'intrusion du politique, et que sans cette bonne volonté le social libéral ne peut rien.

- la gauche peut vivre sans parti, parce qu'être de gauche, c'est preque un trait de caractère, en tout cas une philosophie. C'est considérer que l'Etat ne doit pas simplement envoyer la police sur les sans papiers, mais être garant du vivre ensemble, de l'égalité des citoyens face à l'éducation, de la santé des plus démunis, de la défense des travailleurs contre certains patrons qui abusent, c'est la solidarité et non la charité, c'est l'état/la république et non la nation, la liberté et non l'ultra libéralisme, l'autorité et non l'autoritarisme. Un parti n'est qu'un instrument, la gauche est un choix de vie.

- Ségolène Royal n'a pas rénové le parti. Mais elle n'est candidate que depuis novembre! Rénover un parti en moins de six mois, c'est un peu difficile, non? Faites en le blâme à Hollande, pas à elle. Il faut, c'est certain, rompre avec la culture de la synthèse, mais Royal n'en est pas responsable.

- vous critiquez sans cesse notre "passion" pour Royal. Nous, gens de gauche, ne sommes pas passionnés par elle, nous sommes critiques, surtout après la défaite, mais nous défendons notre candidate, les idées qu'elle a porté (retour du discours sur l'autorité à gauche, démocratie participative...). je ne vois pas où est la passion. Si ç'avait été Hollande, ou Peillon, ou même Lang, je le défendrais tout aussi bien. Parce qu'ils portent mes idées, et qu'elles ne sont pas bradables à un autre candidat, surtout de droite.

- Vous critiquez notre "joie". Il n'y avait pas de joie, mais arriver en noir, les larmes aux yeux, aurait signé la mort du PS, et aurait donné beaucoup de bonheur à la droite. Nous nous sommes retrouvés entre nous, nous nous sommes consolés, il y a une énergie dans le désespoir, oui. J'ai pleuré quand j'ai vu la tête de Sarkozy s'afficher, le sourire de Royal m'a consolée. De la voir battante, ne pas faire croire que la gauche était morte comme DSK l'a fait (et j'espère que ça va lui coûter cher).

- Je ne vois pas comment on peut se dire de gauche et soutenir Sarkozy, tout cela pour une question d'"étoffe". Un président qui va au Fouquet's, sur un yatch, et qui fait un footing en short, ce n'est pas vraiment digne, ce n'est pas avoir de l'"étoffe", et c'est le genre de chose qui aurait répugné Mitterrand.
Brader tous ses idéaux juste parce que la candidate ne plait pas, je trouve cela très grave. Mais pour vous tous le résultat va être douloureux, vous allez vous en mordre les doigts quand vous verrez enfin la manipulation par les médias, l'incapacité du président, ses connivences avec les sphères économiques,la drague au FN qui finira par rentrer au gouvernement, les dérives entraînées par le culte de la nation, la fin d'une éducation nationale somme toute assez performante comparée à celle des autres pays, la fin de l'hôpital public, le bafouement permanent des droits de l'homme, enfin l'accroissement de l'exploitation de l'homme par l'homme...

A bon entendeur...

Francois MITTERRAND 29/05/2007 13:54

Bonjour,Je pense que vous avez de réelles convictions, j'apprécie que vous les défendiez. Malheureusement, nous voyons le monde avec des lunettes totalement différentes puisque vous pensez que le blairisme est dépassé et que vous sombrez dans la paranoïa totale à l'encontre du nouvel élu!La gauche française est d'un aveuglement qui fait froid dans le dos si elle pense vraiment que les petits personnages dont vous parlez (y compris ce roquet de Montebourg, qui a participé à la crucifixion de l'Europe) font partie de son avenir.Juste un mot aussi sur les cotes de popularité... Ségolène Royal est populaire et n'était pas une bonne candidate, car sa popularité n'était pas du à ses idées ou à son programme, mais à sa personne de jolie mère de famille. Fabius et DSK sont moins populaires, mais l'un et l'autre auraient eu un potentiel de séduction autrement plus grand s'ils avaient été investis par le PS, car eux auraient su répondre aux questions des journalistes sans changer d'avis du jour au lendemain. Ce sentiment de naviguer à vue à donné la nausée à beaucoup, jusqu'à une dernière semaine de campagne vraiment mauvaise.Cordialement.

Nath 26/05/2007 16:47

Je trouve ce commentaire peu enrichissant, Ségolène a montré que le peuple était là. Elle a eu un discourt rempli d'émotion et de sévérité, l'avez vous au moins écouté ? Enfin, est il normal de voter pour un président car charismatique ? Ne devront nous pas regarder au delà des apparences et élire un président qui soit non pas honnête mais juste envers le peuple ? Le mot juste ne venant pas Ségolène mais de la justice tel la définisse PlatonCordialement

Francois MITTERRAND 29/05/2007 13:38

Bonjour Nath,Merci de votre commentaire. Je ne partage pas du tout votre analyse et m'en suis expliqué. Je pense que l'élection de Ségolène Royal n'aurait pas été une bonne chose pour le pays car elle naviguait beaucoup trop à vue. La justice dont vous parlez, chacun en aura une définition différente, la gauche n'a pas le monopole, ni du cœur, ni de la justice, mais peut et doit essayer de trouver les moyens de favoriser une société plus équitable et fraternelle.Dans cette campagne, c'est la droite qui a su le mieux faire vibrer les valeurs abandonnées par la gauche, comme le travail, on voit ce que cela a donné, et Ségolène, comme son compagnon, en est grandement responsable.Cordialement.

DELSOL 18/05/2007 19:37

Ségolène a apporté à ce vieux parti, toute une jeunesse. Elle ne pouvait ajouter de la tristesse , à la frustration .Vous étes dur avec elle, moi , elle m'a impressionnée par son courage et je ne laisserais pas salir son image, car le Ps s'est enfin révélé  . Il est bien mort mais la gauche vit .

Francois MITTERRAND 21/05/2007 18:51

Bonjour,Comment pouvez-vous expliquer que la gauche vive sans grand parti pour le représenter? Si le PS meurt et que ne renaît pas une grande force de gouvernement, la gauche "meurt" aussi d'une certaine façon. Je fais parti de ceux qui croient que l'alternance est une vertu, et ne veut en rester l'unique exemple dans la Vème République. Cependant pour cela, ce n'est pas seulement de la jeunesse et un sourire qu'il fallait apporter, mais bel et bien une personnalité qui ait les compétences et le charisme, ainsi qu'un programme de gouvernement raisonnable. Aucune caractéristique n'était réunie, pas même un vivier de jeunes de talents pour accompagner la victoire, comme la droite en a sorti de sa manche pendant et depuis les élections.

Christophe 10/05/2007 20:53

Tout à fait d'accord avec vous sur la fin.

Je reviendrai juste sur mon désaccord avec ce que vous jugez de cosmétique sur les propositions de Mme Royal, en vous donnant raison , malgré tout, sur leur aspect décousu.
Je crois malgré cela que beaucoup de points étaient très positifs et créaient une vraie nouvelle voie, notamment l'idée d'une démocratie participative que vous contestez.

Maintenant pour le blairisme, je vais lire votre nouvel article.

Bien cordialement,

Christophe 10/05/2007 15:06

Vous opposez la jeunesse de la relève à la maturité des éléphants.

Et qu'est-ce que nous avons vu de leur maturité ! durant les primaires, durant la campagne, après l'élection.

Alors que vive la jeunesse.

Franchement le mieux ne serai-il pas d'avoir un blog plus constructif puique vous dites être de gauche.
Tenter de réfléchir par exemple sur ce qu'est la gauche à notre époque. Qu'est-ce que ça veut dire être socialiste à l'heure de la mondialisation.

Je trouve ces questions bien plus intéressantes que des considérations de pom-pom girl.

Vous parlez d'absence de structure idéologique mais que savons-nous vraiment de celle de DSK. C'est le flou total.
Ne parlons pas de Fabius ou de Hollande...

A bien des égards j'ai trouvé, dans les mesures de Ségolène Royal, un socialisme du réel, conjuguant dynamisme des entreprise et dignité de l'être humain.
J'y ai vu acceptation de l'économie de marché et moralisation de ses pratiques pour respecter l'environnement et pour une responsabilité plus citoyenne.

Maintenant, libre à vous de vous aveugler avec des petites polémiques bien stériles. En tous cas, je ne pense absolument pas que les électeurs de Ségolène Royal se soient sentis trahis.

Quand bien même, une certaine "indifférence", trait de caractère du vrai Mitterrand (puisque vous vous en réclamez), devrait vous inspirer.
Là c'est la tempête dans un verre d'eau.

Je ne laisse pas ce commentaire pour une nième joute verbale. Je pense vraiment que ce blog mériterait un peu plus de fond.

Francois MITTERRAND 10/05/2007 16:22

Bonjour,J'aurais sans doûte l'occasion à l'avenir de donner mon avis sur la meilleure façon d'être de gauche à l'heure de la mondialisation, mais je la résume rapidement en une formule : c'est être blairiste!Au delà des polémiques que vous trouvez petites et stériles sur le sourire de Mme Royal, j'estime que cette dame, engoncée il est vrai dans le programme arriéré du PS, n'a pas offert à la gauche une véritable rénovation, juste le coup de peinture sur une façade en ruine nommée démocratie d'opinion. En cherchant à coller aux attentes des gens sans s'assurer de la cohérence de sa démarche, elle rendait son projet de plus en plus vaste et par conséquent de plus en plus flou, parfois même antinomique. Il est à mon sens temps d'aller vers un social libéralisme qui se réconcilie avec l'économie réelle, et qui ne soit pas simplement fait d'incantations. J'étais en tant que sympathisant dans une section du PS au moment des négociations sur le projet socialiste. C'est ce qui m'a dégouté et poussé vers l'autre camp pour cette élection! C'est sur un projet moderne et précis qu'il est possible de l'emporter en 2012, un projet qui ne remette pas en cause ce que la droite aura fait de bien, car il devrait forcément y avoir du positif, inutile de se bander les yeux...Cordialement.